La gestion de l’argent au sein du couple, un reflet de la conception d’une relation amoureuse

Bonjour à tout le monde,

Tous mes voeux pour cette nouvelle année 2022.

Je vous conseille cet article, très intéressant, posté le 18 janvier 2022. Cette recherche approfondit le sujet que j’avais déjà abordé dans ma recherche. Je suis ravie qu’une recherche sérieuse ait été entreprise sur le sujet .

La gestion de l’argent au sein du couple, un reflet de la conception d’une relation amoureuse

L’argent reste généralement, dans l’idéal collectif, décorrélé du sujet de l’amour. Pourtant, comme le soulignait le poète Charles Baudelaire :

« Il est malheureusement bien vrai que, sans le loisir et l’argent, l’amour ne peut être qu’une orgie de roturier ou l’accomplissement d’un devoir conjugal. »

La gestion des finances dans le couple apparaît comme un sujet délicat, probablement parce qu’il s’agit d’un aspect directement lié à l’intimité de la relation. Selon la sociologue Janine Mossuz-Lavau, en France « l’argent est encore plus tabou que la sexualité ».

Dans nos travaux, nous avons voulu aborder cette boîte noire de la prise de décision des conjoints en identifiant les facteurs d’influence qui expliquent les modes de fonctionnement des couples en matière de gestion des finances. Le thème est loin d’être anecdotique dans la mesure où des conflits liés à l’argent émergent souvent dans les couples, pouvant déboucher sur des séparations et des divorces.

Pour la suite de l’article cliquer ici

« Le temps reste pensé et cadencé par les hommes »

C’est un sujet qui relève des différences femmes-hommes et dépasse largement la simple question de l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle : la gestion du temps et tous les ressentis qui vont avec restent largement liés au genre, comme l’explique Sandrine Meyfret, sociologue et dirigeante du cabinet Alomey.

Pour lire la suite, cliquer ici

Parution octobre 2021 : Si le temps nous était conté, Femmes, hommes, emploi des temps, par Sandrine Meyfret, aux Editions Atlande, collection Coup de gueule et engagement

LE LIVRE : Et si nous découvrions que le temps est sexué ? Alors que les conteurs et les philosophes qui ont discouru sur le temps ont ignoré cette donnée, l’Histoire a fait du temps une affaire “genrée”. L’ouvrage nous fait découvrir les mécanismes tant sociétaux que biologiques – supposés ou réels – à l’oeuvre. Sandrine Meyfret raconte comment le temps contraint et rythme les choix des femmes et des hommes et comment se recompose le temps à l’échelle humaineet à la lecture du genre; comment les femmes et les hommes d’hier et d’aujourd’hui composent la partition du temps qui passe. La parité et la nouvelle répartition des rôles dans les sphères privée et publique entre les femmes et les hommes régleront-ils les déséquilibres complexes que ressentent les uns et les autres ? Convoquant histoire, biologie, économie, sociologie, l’auteure scrute les évolutions à l’oeuvre et déchiffre les tendances qui font du temps le meilleur allié ou le pire ennemi des femmes et des hommes qui souhaitent être libres de leurs choix.

L’AUTEURE : Sandrine Meyfret est sociologue, conférencière et dirigeante du cabinet Alomey, spécialisé en management et leadership. Elle a déjà publié Le couple à double carrière : une figure qui réinvente les frontières entre vie privée et vie professionnelle (Connaissances et savoirs), Gagnez en impact (Eyrolles) et copublié Le marketing de soi (Eyrolles).

Avec une préface d’Annie Batlle, administratrice du Laboratoire de l’Égalité, et une préface de l’amiral Olivier Lajous, ancien DRH de la Marine Nationale.

ET ENCORE : De nombreuses études sociologiques mobilisées et observations de l’auteure permettent de nommer des phénomènes qui rendent concrète l’inégalité de l’emploi des temps : le sentiment d’urgence, par exemple, cible l’angoisse des mères qui doivent assurer la charge des exigences professionelles et de l’organisation familliale dont elles se sentent responsables ; de là la menace du burn out qui pèse trois fois plus sur les femmes que sur les hommes.

LA COLLECTION : Coup de gueule et engagement, une collection dérangeante et citoyenne qui aborde les sujets cruciaux de notre société pour redonner la parole et permettre le débat. Livre broché Format 15 x 21 cm 186 pages 19,00€

Achetez les livres de Sandrine chez un libraire indépendant et soyez livrés chez vous
https://www.zeroa.fr/821-sandrine-meyfret

Livres : réussir en couple, temps genré, chercheuses et clichés dézingués

  • Dans « Nous réussirons ensemble » (Albin Michel), Anne-Cécile Sarfati a interrogé de nombreux couples et experts sur les conditions de réussite pro et perso à deux. Un livre à la fois engagé et pratique signé par l’ancienne rédactrice en chef de ELLE.
  • Avec « Si le temps nous était conté » (Atlande), la sociologue Sandrine Meyfret remonte à la source de l’inégalité du traitement du temps par les femmes et les hommes, en démontrant qu’un usage du temps genré s’est imposé à nous, dans tous les emplois du temps et tous les domaines.
  • On dévore également les 12 portraits de chercheuses, ingénieures… dans la BD « Les décodeuses du numérique » (CNRS Éditions), signée Léa Castor, Célia Esnoult et Laure Thiébault.
  • Enfin, on n’attend pas les fêtes de fin d’année pour compulser « Le manuel qui dézingue les stéréotypes » (Eyrolles) signé Nathalie Anton. Comment faire, lorsqu’on est parent, pour protéger ses enfants des clichés sexistes ? Comment les déconstruire et avec quels mots ? Comment leur permettre de devenir des personnes libres, épanouies et respectueuses des différences ? La réponse dans cet abécédaire.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquer ici

McKinsey’s Innovative Dual Career Program Focuses On Families Where Both Parents Work

Working mothers are exhausted. According to the Bureau of Labor Statistics, as of 2018, over 60% of households are dual-income where both parents work full-time. And when both parents work full-time, domestic duties and child-rearing disproportionately fall squarely on a working mother’s shoulders. Meanwhile, household chores are more evenly split compared to the homes of our parents/grandparents, but mental load or invisible work still ends up on mom’s plate.

La suite, cliquer ici